La bastide de Rabastens-de-bigorre

Histoire d'une ancienne Bastide Royale

 

 Rabastens de Bigorre est une cité singulière à bien des titres. Elle est une des très rares bastides royales fondées au Moyen-Age.

En Février 1306, sur des terres désertes, boisées et marécageuses à la frontière du comté de Bigorre, le sénéchal Guillaume de Rabastens (du Tarn), représentant local du roi de France, vient fonder une ville nouvelle ou bastide. Il lui donne son nom et ses armoiries. 

La « ville neuve » est conçue selon un plan orthonormé, où la place centrale joue un rôle prépondérant dans le développement économique de la cité. Elle accueille un marché chaque lundi et deux foires annuelles à la Saint Louis et la Saint Vincent, patron des vignerons. La bastide est dotée d’une charte de coutumes identique à celle de Marciac et les nouveaux habitants bénéficient des mêmes droits que leurs voisins gersois.

Cette première vraie bastide bigourdane fût un succès : des maisons en bois et en pierre, une vaste halle en bois, six moulins, une grande église gothique dédiée à Saint-Louis, un hôpital, un couvent de frères des Carmes et de puissantes fortifications en briques et galets (murailles, portes, château) marquent au XVème siècle la puissance de la ville.

L'occupation anglaise, les pestes et les disettes, le protestantisme furent autant de crises locales entre 1348 et 1560. La bastide fût incendiée en 1569 lors de l'attaque des troupes du catholique Blaise de Montluc. Les maisons, pour la plupart en bois, brûleront ainsi que l'église et le couvent en partie. De ce glorieux passé, il ne subsiste plus aujourd'hui que l'Eglise (1340), la muraille et son fossé et une partie du couvent Notre Dame des Carmes.

 

Une vocation commerciale pérenne

 

Le patrimoine rabastenais évoque essentiellement la forte vocation commerciale de la bastide. En flânant à Rabastens de Bigorre, vous croiserez la grande halle centrale conçue par l’ingénieur Joseph Fléchet en 1898, l'ancienne halle aux veaux place du foirail de 1929 et la halle aux porcs place du siège de 1954.

 

Aujourd'hui, un marché de Pays et un marché aux bestiaux de dimension nationale témoignent encore d'une longue tradition du maquignonnage et perpétuent le goût des produits locaux. Étonnante attraction pour les profanes, ces deux marchés se tiennent respectivement tous les lundi matins sur la place centrale et au Parc du Val d'Adour. Renseignements marché aux bovins : 05 62 96 69 96


Paroles d'un rabastenais

 

"En arrivant du Nord ou du couchant ou du midi, qu'elle soit assoupie ou bien épanouie, la ville a un charme sans égal... Les hauteurs des côteaux, ensoleillés ou non, l'encadrent comme s'il s'agissait d'un tableau vrai, ni trop vaste, ni languissant... Rien n'échappe au regard de ce qui est caractéristique : ni ses rues larges et se croisant en angle droit, comme tirées au cordeau, ni les frondaisons que soulignent les blanches façades, ni cette place aérée et gentiment aménagée du centre. Elle se berce, ma ville, entre les reflets d'un ciel tout bleu et les couleurs tantôt tendres, tantôt pourpres ou fauves des crêtes d'alentour... Que ce soit dans l'air vibrant du soir, ou dans la brume légère de l'aube, teintée de rose au dessus des ruisseaux, Rabastens est bien "ma ville" et une jolie ville au sourire qui plaît!" Didier France